Dépistage du cancer de l'intestin

Si vous avez plus de 50 ans sans antécédents familiaux ou 40 ans avec antécédents familiaux, le dépistage du cancer de l’intestin vous concerne et peut vous sauver la vie !

www.cancerintestin.be

www.mongeneraliste.be

 

Pourquoi dépister ?  Le cancer de l’intestin est la 2ème cause de décès par cancer.  Il se développe dans un premier temps sans se manifester.  Cependant, quand il est détecté tôt, le cancer de l’intestin guérit plus facilement.

 

Le dépistage, en pratique, comment ça marche ?

1. Vous consultez votre médecin généraliste.  Il complètera avec vous le questionnaire et vous remettra une enveloppe contenant le test et son mode d’emploi.

2. Vous faites le test chez vous (il permet de rechercher des traces de sang dans les selles souvent invisibles à l’œil nu).  Ce test consiste à prélever un peu de selles sur des bâtonnets qui se trouvent dans l’enveloppe et ce, sur 3 selles consécutives.

3. Vous postez l’enveloppe pré-adressée avec le test : l’enveloppe ne doit pas être timbrée et ce test est gratuit.

4. Vous demandez vos résultats à votre médecin généraliste 10 jours plus tard.

 

Dans 97 %  des cas, le test ne montre pas de traces de sang dans les selles.  Vous serez alors invité à recommencer ce dépistage deux ans plus tard.

 

Dans 3 % des cas, le test montre la présence de traces de sang.  Il faudra alors faire un examen complémentaire (coloscopie) prescrit par votre médecin traitant.  Ces traces de sang peuvent être dues à plusieurs causes : un polype, un cancer débutant ou encore d’autres maladies de l’intestin.

 

Peut-on diminuer le risque de développer un cancer de l’intestin ?

Oui, en faisant attention à son alimentation et en bougeant !!!

Consultez les sites www.pnns.be, www.mangerbouger.be.

 

Ce programme de dépistage du cancer colorectal est organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, est à la disposition de chacun et permet d’être rassuré sur sa santé et de déceler un problème avant qu’il ne s’aggrave.

                                                                                                                      Marianne FOURNEAU,

                                                                                                                      Echevine de la Santé.

 

 

Actions sur le document