INVASION DE LA CHENILLE PROCESSIONNAIRE DU CHÊNE

— Mots-clés associés : , ,


La processionnaire du chêne est une chenille largement répandue en Europe. Epargnée jusqu’ici, la Wallonie fait face cette année à une invasion préoccupante. De nombreux nids ont déjà été observés sur plusieurs zones (Dalhem, Rochefort, Virton, Plombière, Brabant Wallon…). Outre les dégâts qu’elle engendre sur les arbres (défoliation), la processionnaire constitue surtout une réelle menace pour la santé publique. Chaque chenille est en effet munie de milliers de minuscules poils urticants facilement dispersés par le vent. Lorsque ces chenilles sont présentes en quantité, elles peuvent donner lieu à des interdictions de circuler dans des forêts, des parcs, des campings, des évènements (Rock Werchter 2019).
 

Contact avec la peau : apparition dans les huit heures d'une éruption douloureuse avec de sévères démangeaisons. La réaction se fait sur les parties découvertes de la peau mais aussi sur d'autres parties du corps. Les poils urticants se dispersent aisément par la sueur, le grattage et le frottement ou par l'intermédiaire des vêtements.
 

Contact avec les yeux : développement après 1 à 4 heures d'une conjonctivite (yeux rouges, douloureux et larmoyants). Quand un poil urticant s'enfonce profondément dans les tissus oculaires, apparaissent des réactions inflammatoires sévères avec, dans de rares cas, évolution vers la cécité.
 

Contact par inhalation : les poils urticants irritent les voies respiratoires. Cette irritation se manifeste par des éternuements, des maux de gorge, des difficultés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires dues à un bronchospasme (rétrécissement des bronches comme dans l'asthme).
 

Contact par ingestion : il se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s'accompagne de symptômes tels que de l'hyper salivation, des vomissements et des douleurs abdominales.
 

MOYENS DE LUTTE
 

La méthode de lutte la plus efficace consiste à brûler et/ou aspirer les chenilles et leurs nids, de préférence tôt dans la saison quand les poils urticants ne sont pas encore développés. Si cela n’a pu être effectué à temps, l’élimination des nids reste indispensable puisque ceux-ci peuvent rester urticants plusieurs années encore.
La lutte contre les chenilles processionnaires nécessite un équipement particulier : une protection intégrable est indispensable et des moyens d’élévation également (nids situés à plusieurs mètres de haut).
 

  • Si vous constatez la présence de chenilles processionnaires à Somme-Leuze, merci de prévenir de toute urgence Monsieur François BURNAY (0479/67.18.08 ou francois.burnay@spw.wallonie.be), agent DNF ou Valérie LECOMTE (0496/928.826), Bourgmestre de Somme-Leuze.
     
Actions sur le document