Aller au contenu. | Aller à la navigation

Programme de politique générale
Vous êtes ici : Accueil Vie communale Vie politique Programme de politique générale

Programme de politique générale

législature 2013-2018, approuvé le 26 février 2013.

I.            Introduction

La définition d’un programme de politique communale est un exercice particulièrement intéressant et important.  Il recouvre les objectifs que l’on se fixe pour les six années à venir en matière de gestion de notre Commune et de ses différents départements d’action. 
Cet exercice se fonde sur l’analyse que l’on peut mener de l’état des lieux de notre Commune, des attentes principales de nos concitoyens mais aussi de la vision dont on souhaite imprégner l’avenir commun de notre territoire et des citoyens qui ont choisi d’y vivre. 
Cet exercice doit cependant être tempéré.  En effet, un certain nombre de paramètres externes nous échappent, qu’ils soient socio-économiques, financiers, liés à des orientations prises à d’autres niveaux de pouvoirs (régional, communautaire, fédéral) ou qu’ils soient mobilisables (ou non) en fonction de subsides obtenus, escomptés ou parfois manqués…
Nonobstant ces réserves conceptuelles bien compréhensibles, nous avons conçu ce programme communal comme une série d’engagements s’inscrivant très naturellement dans le prolongement immédiat des engagements pris devant nos concitoyens au mois d’octobre dernier et sur base desquels ceux-ci ont fait choix d’accorder à nouveau à la majorité de l’Union Communale une très large majorité. 
Cette majorité, nous la considérons comme un mandat fort visant à poursuivre l’action politique menée antérieurement, ce qui n’exclut pas un certain nombre de changements, d’infléchissements dans certains volets de ceux-ci.  Large majorité n’exclut pas bien au contraire dialogue, écoute, concertation, consultation et ouverture.
C’est donc ainsi que nous concevons l’exercice de la responsabilité qui nous a été confiée : volontariste, déterminé mais aussi à l’écoute des changements, des évolutions, des possibilités effectives ou des idées d’où qu’elles viennent.
 
II.           Etat des lieux
Nous n’allons pas aborder ici dans le détail l’ensemble des éléments qui caractérisent notre Commune de Somme-Leuze telle que nous pouvons l’analyser en ce début d’année 2013.
Nous invitons les lecteurs de ce document à se référer à un certain nombre de dossiers disponibles.
Nous pensons notamment au Volume A du Programme Communal de Développement Rural, présentation succincte, établi à la demande de la Commune dans le cadre de l’opération de développement rural par notre Bureau Ingénieur Conseil Lacasse & Monfort, ou bien encore aux éléments statistiques établis par l’IWEPS, l’Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique, disponibles sur le site http://cytisecommunes.gedap.be.


 
Notons cependant quelques éléments très spécifiques de la situation de notre Commune.
1.           Situation
La Commune de Somme-Leuze, située à proximité de Marche-en-Famenne, de Durbuy, de Ciney et de Rochefort, dispose d’une localisation intéressante. 
Elle est traversée par des voiries de grande communication telle la N4 reliant Bruxelles, Namur et Luxembourg ou la N63 reliant Liège à Marche-en-Famenne. 
Adossée aux villes et localités riveraines dont Marche-en-Famenne, nichée au cœur du Pays de Famenne, et n’étant qu’à une distance raisonnable de Namur, Liège, Bruxelles ou Luxembourg, Somme-Leuze peut considérer sa localisation territoriale comme un atout à exploiter.
 
2.           Le cadre de vie
Avec une superficie de 9.509,02 hectares, notre entité dispose indéniablement de réserves d’espace.
Ce cadre de vie peut être considéré comme globalement de qualité.
Il est par ailleurs non-urbanisable pour sa plus grande partie (86% de ce territoire sont situés en zone non-urbanisable au Plan de Secteur).
Avec 30% de l’espace constitué de zones boisées et une prédominance agricole qui reste forte, notre Commune reste à dominante rurale.
De surcroit, nombre de paysages qui s’inscrivent dans la dépression famenienne ou dans la charnière entre la Famenne et le Condroz, sont intéressants, voire, pour certains d’entre eux, remarquables.
 
3.           La démographie
Une des caractéristiques extrêmement significatives de Somme-Leuze est l’évolution de sa population.  En effet, chaque année depuis trente ans, la population de Somme-Leuze augmente de 1% à 3%.  En l’espace de 3 décennies, elle a plus que doublé.
Par ailleurs, suivant les prévisions du Centre de Démographie et Société de l’UCL, la Commune de Somme-Leuze devrait compter 5.700 habitants en 2021 et 5.951 habitants en 2026.
Cette évolution de la population est due au double phénomène d’un flux migratoire positif et par ailleurs d’une volonté d’une partie importante de la population jeune de se fixer sur le territoire communal.
Par ailleurs, on constate, avec la diminution progressive du nombre de secondes résidences, un établissement dans une série de biens qui étaient antérieurement utilisés comme lieux de loisirs.
 
4.           Evolution socio-économique
Cet élément est probablement un peu méconnu mais il convient cependant de le souligner.
Suivant le SPF Economie-DGSIE, le revenu moyen par habitant à Somme-Leuze évolue positivement comparé au revenu moyen par habitant (ou par déclaration) dans l’arrondissement de Dinant.
Notons à cet égard qu’à Somme-Leuze le revenu moyen par déclaration était en 2001 à 21.059€, pour 23.222€ en 2004 et 23.979€ en 2009, dernier chiffre disponible.
Pour la même période, le revenu moyen par déclaration était, dans l’arrondissement de Dinant, de 21.565€ en 2001, de 23.209€ en 2004 et de 23.853€ en 2009.
On observera donc que dans le segment de temps concerné, le revenu moyen par déclaration qui était inférieur à celui de l’arrondissement, a dépassé ce dernier en 2009.  Il en va de même pour le revenu médian qui était pour la Commune en 2001 de 17.308€ et de 18.794€ en 2009 alors que le même revenu médian se situait pour l’arrondissement à 17.585€ en 2001 et de 18.423€ en 2009.
 
5.           Une situation financière saine
Nonobstant les investissements importants qui ont été consentis tout au long de ces dernières années, la situation financière de Somme-Leuze reste saine.
Le seul élément méritant plus particulièrement de retenir l’attention était l’évolution de la dette ramenée par habitant.
Les opérations de restructuration de la dette et de remboursement exécutées en 2012 et prévues en 2013 répondront structurellement à ce point d’attention.
D’autre part, notons que Somme-Leuze peut bénéficier d’une fiscalité modérée et plus basse que celle constatée dans la majorité des villes et communes wallonnes.  Avec notamment un taux à l’IPP de 7,5% et de 2.300 centimes additionnels au précompte immobilier.  La plupart des petites taxes ou redevances qui, cumulées, représentent un coût significatif pour les habitants, sont inexistantes à Somme-Leuze.
 
6.           Des investissements nombreux
Dans le descriptif des actions menées antérieurement à Somme-Leuze tout au long des dernières législatures, il convient de relever les investissements considérables qui ont été consentis. Ils concernent aussi bien les écoles, les voiries, les maisons de villages, les cœurs de villages, la réhabilitation des anciens parcs résidentiels de week-end, la création des zones d’activités économiques, la rénovation ou la construction de logements, la réhabilitation du patrimoine public, les acquisitions immobilières, …
Soulignons également que Somme-Leuze est une des communes les plus concernées par le phénomène de l’habitat permanent dans les zones de loisirs.
Très tôt, dès le début des années 2000, nous avons souhaité prendre à bras le corps cette situation de manière à apporter une réponse positive et des perspectives précises de requalification et de rénovation des quartiers, des infrastructures et de l’habitat dans nos parcs résidentiels de week-end.
Ceci s’est traduit par des investissements extrêmement importants qui ont pu bénéficier de l’aide des pouvoirs publics européens, régionaux et provinciaux.
 
III.          Pour l’avenir
 
1.           Finances et fiscalité
Nous souhaitons, singulièrement en cette période de crise, limiter le prélèvement fiscal et parafiscal au niveau le plus bas.
Nos concitoyens sont déjà confrontés en général à l’évolution du coût de la vie et nous estimons donc de notre devoir de veiller à ne pas augmenter les charges communales (impôts, redevance ou autres) qui leur sont réclamés.
Nous veillerons donc à maintenir une fiscalité modérée.
Pour ce faire, une part importante de notre action sera mobilisée pour la gestion dynamique de nos finances communales tout en veillant à juguler notre endettement à un niveau comparable à celui des communes relevant du même cluster que Somme-Leuze.
Cet objectif est un challenge qui nécessite tous nos efforts tant il est vrai qu’un certain nombre de charges qui nous sont imposées s’inscrivent à la hausse sans que la Commune n’ait de prise sur elles.
Il s’agit notamment des dépenses de pensions, de certaines dépenses de transfert, etc.
Nous serons donc spécialement attentifs à ce que les dépenses de transfert, en dialogue avec les institutions concernées, soient maintenues dans une fourchette d’évolution comparable à celle de nos recettes ou à celles des autres dépenses.
 
2.           Enseignement communal
Seul réseau d’enseignement dans la commune, notre enseignement communal peut être considéré comme un domaine tout à fait prioritaire.
Il compte aujourd’hui 370 enfants et emploie au total 62 personnes (personnel pédagogique, administratif et technique confondu).  Cette législature sera marquée par :
-                    le soutien au travail de nos équipes pédagogiques, techniques et administratives en parfaite synergie avec la Directrice ;
-                    la création de la nouvelle école de Noiseux ;
-                    l’étude de la possibilité de recréer l’école de Hogne ;
-                    l’étude approfondie de la possibilité et de l’opportunité de la création d’une filière d’immersion dans une ou plusieurs école(s) communale(s) ;
-                    le soutien à l’organisation de nombreuses activités extrascolaires et par ailleurs la poursuite de l’organisation de l’accueil extrascolaire avant et après l’école, de même que les mercredis après-midi ;
-                    le maintien de nos écoles dans leur ouverture vers la société, vers les enjeux de société, vers l’extérieur, notamment à travers la participation aux activités sportives, aux classes vertes, aux sports d’hiver, aux challenges et concours, etc.
 
3.           Le développement économique et le soutien à l’emploi
-                    Le remplissage progressif mais aussi circonstancié de notre zone d’activité de Baillonville II ;
-                    L’obtention de la décision de création d’une nouvelle zone d’activités économiques le long de la N4 ;
-                    La préparation de la future 4ème zone d’activités économiques de Somme-Leuze le long de la N63 en extension des zones existantes ;
-                    Le soutien de nos indépendants, PME et autres créateurs d’activités en partenariat avec les institutions et interlocuteurs spécialisés ;
-                    Développement de l’action de la Cellule Emploi de notre Commune avec l’aide de la Région Wallonne, du FOREM, de la MIRENA, d’INTEGRA…
 
4.           Préservation de notre environnement et de notre cadre de vie
-                    Mise en œuvre du Plan Communal de préservation et de Développement de la Nature ;
-                    Faire de notre Commune une commune propre en veillant à l’entretien des places, des espaces publics, des fossés, des accotements et à la lutte contre les dépôts sauvages et abandons de déchets ;
-                    Restauration ou création d’espaces naturels intéressants ;
-                    Poursuite du Contrat de Rivière de l’Ourthe ;
-                    Mise en valeur de nos réserves naturelles ;
-                    Intégration de « l’écogestion » dans la gestion de nos espaces publics tout en conservant une dimension pragmatique de bon aloi ;
-                    Préservation des espaces protégés, des essences et des espèces ;
-                    Poursuite du fauchage tardif…
 
5.           Voirie, sécurité routière et bâtiments patrimoniaux
-                    Sécurisation des traversées d’agglomérations via des actions de sensibilisation, des aménagements, le placement de radars préventifs et répressifs, …
-                    Investissement dans l’entretien régulier de nos voiries communales et agricoles ;
-                    Aménagement d’un maximum de voies lentes et de cheminements pour les cyclistes, les piétons, etc. ;
-                    Poursuite de l’installation des dispositifs de sécurité à proximité des écoles, des lieux fréquentés, des cœurs de villages ;
-                    Poursuite de l’étude actuellement en cours, en partenariat avec la Région Wallonne, de l’aménagement de l’ensemble de la rue de l’Ourthe dans sa traversée de Noiseux jusqu’au site touristique de la « Plage » de Noiseux et au cimetière ;
-                    Gestion en bon père de famille de nos bâtiments, ponts, ouvrages d’art, voiries, édifices divers et autres espaces communaux.
 
6.           Agriculture
-                    Financement du service de remplacement agricole ;
-                    Présence active aux côtés de nos agriculteurs, singulièrement lorsqu’ils sont confrontés à des difficultés ou des situations problématiques ;
-                    Valorisation du travail agricole ainsi que de nos productions locales ;
-                    Mention de la dimension rurale et de la proximité des exploitations agricoles pour les permis éventuellement délivrés pour des établissements ou constructions à proximité des fermes.
 
7.           Aménagement du territoire et urbanisme
-                    Mener avec les outils existants, ou qui seront créés, une opération de mobilisation de terrains constructibles via le mécanisme des compensations planologiques ;
-                    Faire aboutir les plans communaux d’aménagement (éventuellement via les nouveaux outils régionaux existants) pour fixer l’avenir des quartiers du Parc de Hogne, du Pierreux à Heure et des Cisses et des Vennes à Heure ;
-                    Adaptation si nécessaire des règles des Plans Communaux d’Aménagement aujourd’hui en vigueur ;
-                    Gestion vigilante de la délivrance des permis d’urbanisme, d’environnement et permis uniques en dialogue avec les demandeurs et dans le respect d’un sain aménagement des lieux ;
-                    Sensibilisation de nos concitoyens et information de ceux-ci par-rapport aux dispositions décrétales, réglementaires, urbanistiques…
 
8.           Sécurité et police
-                    Mobilisation pour faire baisser la criminalité singulièrement en ce qui concerne les vols via notamment l’action de la Zone de Police Condroz-Famenne ;
-                    Renforcement de la présence sur le terrain des agents et spécialement des agents de quartier ;
-                    Information régulière de la population par rapport à l’état de la criminalité sur le territoire de la Commune ;
-                    Maintien d’un bureau décentralisé de proximité sur le territoire de notre Commune ;
-                    Encouragement des mesures de prévention, de techno-prévention, de la vigilance citoyenne,…
-                    Lutte contre les diverses incivilités (abandon de déchets, tags, bruit….).
 


9.           Troisième âge
-                    Soutien matériel aux associations de 3x20 actives dans les villages ;
-                    Poursuite de l’accueil de jour des aînés et investissement dans la lutte contre la solitude des personnes âgées ;
-                    Offre d’un panel de services aux personnes âgées permettant de répondre à leurs besoins et aussi à un maintien à domicile aussi longtemps que possible.
 
10.         Action sociale et CPAS
-                    Gestion de la réponse aux différents besoins des personnes notamment précarisées sous forme d’information, d’accompagnement, d’intervention financière, d’aide sociale ou matérielle, …
-                    Organisation des services de repas et d’aide-ménagère à domicile ;
-                    Création de logements destinés aux personnes âgées sur le site de l’école de Noiseux ;
-                    Poursuite du service de médiation de dettes ;
-                    Actions spécifiques à développer au bénéfice des personnes handicapées ;
-                    Développement d’activités intergénérationnelles ;
-                    Gestion des différentes actions spécifiques (fonds mazout, association Chapitre XXII Famenne-Energie, …).
 
11.         Développement rural
-                    Soutien à l’attractivité territoriale et au tourisme ;
-                    Création d’un maillage de voies lentes reliant les différents villages et les autres entités du Pays de Famenne ;
-                    Investissement dans les projets de rénovation du cadre de vie et des éléments patrimoniaux de proximité ;
-                    Création d’une infrastructure de village à Bonsin ;
-                    Remise en état des chemins communaux de promenade ;
-                    Développement d’une action « Somme-Leuze, Commune Fleurie » ;
-                    Poursuite de l’action avec les communes du Pays de Famenne visant à développer des projets communs ;
-                    Amélioration de la desserte et du service Internet, électricité et télédistribution sur le territoire communal ;
-                    Soutien aux projets touristiques menés par notre Syndicat d’Initiative et la Maison du Tourisme ;
-                    Création d’un projet social (atelier de repassage).
 
12.         Sport
-                    Participation aux activités sportives extérieures (cross interscolaire, Trophée Commune Sportive…)
-                    Soutien aux activités et au développement des différents clubs sportifs de notre Commune ;
-                    Organisation d’une journée sportive inter-écoles ;
-                    Création d’une infrastructure sportive de quartier à Waillet et à Baillonville-Rabozée ;
-                    Construction dans la Commune d’une salle spécifiquement destinée à la pratique du sport ;
-                    Promotion de l’éducation à la santé via le sport.
 
13.         Culture et Histoire
-                    En plus des activités régulières de commémoration avec le Comité des Anciens Combattants, organisation spécifique de différentes activités liées au Centenaire de la Guerre 14-18 ;
-                    Soutien aux multiples activités du Conseil Culturel et du Cercle Historique co-organisées pour la plupart d’entre elles avec notre service communal ;
-                    Poursuite des expositions destinées à retracer l’histoire de nos villages ;
-                    Mise en valeur de notre patrimoine historique ;
-                    Développement de nouvelles actions culturelles : parcours d’artistes, visites, spectacles,…
 
14.         Zones de loisirs et anciens parcs résidentiels
-                    Poursuite du dialogue avec les quartiers requalifiés ; finalisation de certaines actions au sein de ceux-ci et développement de contacts avec le Domaine du Stoqueux dans le respect de la volonté de la copropriété et des habitants ;
-                    Mise en route des démarches visant à poursuivre la reconversion des Quartiers du Pierreux, des Cisses et des Vennes et du Parc de Hogne.
 
15.         Mobilité
-                    Veiller à préserver et, dans la mesure du possible, à densifier nos lignes TEC intérieures à la Commune mais aussi de liaison vers Marche-en-Famenne ;
-                    Soutien à la création de la ligne Marche-Somme-Leuze-Liège ;
-                    Mobilisation pour éviter le démantèlement de la ligne de chemin de fer Jemelle-Marloie-Liège ou l’affaiblissement de la ligne 162 Namur-Luxembourg ;
-                    Développement des dispositifs de mobilité, plan intercommunal de mobilité, covoiturage, promotion du vélo, …
 
IV.         Conclusion
L’ensemble de ces actions (plus d’une centaine !) ont pour but de mettre en œuvre la vision que nous souhaitons porter pour l’avenir de notre commune.  Celles-ci passent par la création d’activités, d’emplois, de services mais aussi par la préservation de notre qualité de vie et de notre cadre de vie.
Un exercice prospectif sur six ans doit aussi pouvoir tenir compte, le cas échéant, de nouveaux besoins, d’opportunités qui se feraient jour ou à l’inverse d’attentes qui pourraient devenir moins prioritaires ou de hiérarchie de besoins que l’on doit pouvoir modifier en fonction des circonstances.
Il y va d’une approche dynamique mais aussi pragmatique de la gestion communale.
Mais au-delà de ces objectifs, de ces projets, de ces concrétisations, une gestion communale c’est aussi le quotidien.
Le quotidien de la gestion des voiries, de l’éclairage public, du déneigement, de l’accueil, du traitement des dossiers…
Nous souhaitons que l’horizon n’élude pas l’immédiat, ni inversement.
Ce quotidien de la gestion communale doit se décliner, nous semble-t-il, en toute circonstance, avec diligence, respect du demandeur (le « client » de l’Administration communale), pédagogie dans l’explication des procédures administratives, etc.
L’ensemble de ce travail est mené bien évidemment par les élus, membres du Collège, du Conseil et du Conseil de l’Action sociale. 
Ce travail doit aussi impliquer dans de multiples structures consultatives nos concitoyens dont nous souhaitons qu’ils participent activement à la vie de leur Commune mais aussi à la décision communale.
Ce travail repose aussi sur l’investissement et sur la compétence de notre personnel communal, enseignant, employé, ouvrier, technique et autre que je voudrais ici tout spécialement remercier en clôture de cette note.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actions sur le document